vendredi 26 janvier 2007

Ségolène Royal et la Corse, ça fait 2

Ségolène Royal va encore faire la une des médias avec sa nouvelle bourde sur la Corse, que je vous laisse écouter en cliquant sur ce lien.

Pour résumer, Gérard Dahan, animateur radio de RTL, est connu pour ses imitations au téléphone dans le but de piéger les personnalités (Zidane, Domenech, Sarkozy...). Il a réussi à appeler Ségolène Royal en se faisant passer pour Jean Charest, le Premier Ministre du Québec, et a discuté avec elle pendant 11 minutes.
A un moment, il demande l'avis de la candidate du PS sur l'indépendance de la Corse. Celle-ci déclare qu'elle ne serait pas contre, puis termine en disant : "Ne répétez pas ça, ça va encore faire un incident ce coup là en en France. C'est secret ça."


Quelle est la volonté derrière tout ça : du cassage de la part des adversaires (on pense au camp Sarkozy) ou une blague méchante ?

En tout cas, je n'aimerai pas être à la place des socialistes.

4 commentaires:

Francis, Fredo et Edmond a dit…

Félicitations pour votre site que je mets directement en lien sur le mien !

@ bientôt !

Jean a dit…

Pas de quoi fouetter une cheval.

J'estime que l'important, ce n'est pas cela.

Moi, je veux entendre les projets des candidats. Plus de faux-semblants, ni de bagarre pour des broutilles...

georgina a dit…

L'ego de Ségo ne cesse d'enfler.
Une preuve de plus dans le billet éponyme d'hier sur le blog www.thedino.org
Bisous,

Anonyme a dit…

A la moindre baisse de Ségolène Royal dans les sondages, les média nationaux se demandent insidieusement si elle va tenir. Car ce qu’à fait la presse people, l’autre presse est prête à le défaire. Ca va être dur pour Ségolène. Evidemment un désintérêt de l’opinion envers Ségolène rendrait plus facile la victoire annoncée de Nicolas Sarkozy. Dès lors plus besoin de voter nécessairement Sarkozy pour faire barrage à la gauche. Dès lors on peut sans risque voter pour Philippe De Villiers. Comprenant à leur tour tout le parti, sans jeu de mot, à tirer de cette situation nouvelle, Taubira, Chevènement, et même Jospin, annoncent leur candidature, et obtiennent en quelques jours les parrainages nécessaires. Le premier tour voit Philippe De Villiers arriver en tête.
Bien sur il s’agit d’une pure fiction. Toute ressemblance avec une situation ayant déjà existée est fortuite bien que nous ayons conservé les noms de certains protagonistes.

La réalité dépasse la fiction, dit le dicton. Un humoriste imitateur téléphone à la candidate officielle du parti socialiste en se faisant passer pour un important homme politique étranger. Aussitôt la candidate officielle du parti socialiste se laisse aller à des confidences sans prendre la précaution élémentaire de faire vérifier l’identité de son interlocuteur. Il ne fait pas bon confier un secret à cette candidate officielle du parti socialiste là !