jeudi 19 avril 2007

A Bercy, François Bayrou rassemble large

Parce que je n'ai pas la force de vous raconter en détail ce fabuleux meeting, je vais reprendre un article de Marianne merveilleusement bien fait.
Pour information la salle de Bercy était pleine, la fosse était presque entièrement remplie. On peut facilement estimer à plus de 20000 personnes présentes (17000 places assises, plus de 100 jeunes sur l'estrade et une fosse presque pleine). Je reviendrai plus tard sur l'organisation à laquelle j'ai participé.



Devant plus de 15 000 militants et sympathisants, le candidat centriste s'est posé en rassembleur contre le « sectarisme » de l'UMP et du PS.

« Merci Bercy », s'est exclamé François Bayrou devant plus de 15 000 militants et sympathisant venus l'applaudir, mercredi 18 avril, pour son dernier grand meeting de campagne à Paris. Comme au Zénith, le candidat de l'UDF a d'abord traversé la salle avant de rejoindre la scène. Dans la salle, des drapeaux rappelant la diversité du public venu l'acclamer : militants de région parisienne, mais aussi du Nord, de Seine-et-Marne ou d'Eure-et-Loire, sympathisants sikh, portugais ou kabyles arborant leurs couleurs. Aux premiers rangs siégeaient les nouvelles stars du parti, que le candidat centriste n'a pas manqué de saluer : sa directrice de campagne Marielle de Sarnez, les ralliés de l'UMP Azouz Begag et François Goulard, l'écologiste Corinne Lepage, et Jean Peyrelevade, ancien directeur adjoint au cabinet de Pierre Mauroy. Pendant deux heures, s'exprimant quasiment sans notes, parfois avec un certain lyrisme, le candidat a décliné son programme et a réaffirmé l'originalité de sa position centriste, fustigeant le « sectarisme » de l'UMP et du PS.

Plutôt Jospin que Royal
Sans citer une seule fois le nom de Ségolène Royal, il s'en est pris violemment à Nicolas Sarkozy et à Lionel Jospin – hués tous deux par les militants -, symboles, selon lui, de « ces deux partis » qui ont « tout le pouvoir depuis 25 ans ». « Il n'y a qu'une chose à faire : leur enlever le pouvoir », a martelé François Bayrou. Il a souhaité se poser en candidat du « changement » et en rassembleur du « peuple français » : « nous n'avons pas besoin de multiplier les drapeaux tricolores, nous n'avons pas besoin de ministère de l'Identité nationale pour dire que c'est cette France là que nous aimons », a-t-il lancé.

Plutôt Aragon que Jaurès
Le candidat a ensuite repris point par point son programme sur les volets économique, social et international. Il a réitéré son soutien aux petites entreprises à travers son small business act, et a affirmé vouloir faire de l'éducation une priorité. « Il faut que la France ait les jeunes les mieux formés de la planète », a-t-il dit. Il a rappelé son engagement européen et a salué la position de Jacques Chirac contre l'engagement de la France en Irak. S'il n'a rien révélé d'inédit au plan programmatique, François Bayrou s'est montré plus déterminé que jamais à incarner le candidat de la « résistance » dans une France « en danger », allant jusqu'à réciter un poème d'Aragon , « La rose et le réséda », en hommage aux résistants fusillés pendant la Seconde guerre mondiale. « Dans la résistance, on ne refuse pas les mains qui se tendent », a-t-il dit. Certaines mains, pourtant, se dérobent parfois à la poignée : ce même soir, Valérie Giscard d'Estaing annonçait son soutien à Nicolas Sarkozy.

Mercredi 18 Avril 2007
Anna Borrel

1 commentaire:

Suricat a dit…

Pour ceux qui souhaitent se rendre compte de la foule, je vous propose photos de François Bayrou à Bercy